Marianne Herjean

Plasticienne-paysagiste DPLG, je m'intéresse à la nature du paysage contemporain, sa représentation et sa comparaison. La mer morte en Israël, les cyclones aux Caraïbes, un bureau d'étude à Genève où je réside et travaille actuellement; je conçois le territoire comme une expérience concrète à laquelle je me rends disponible. 

 

En 2016, habitante de Shanghai, mon intérêt pour les espaces mondialisés et leurs écologie se renforce. Mon travail s'imprègne des outils et techniques locales des lieux et interroge leurs permanences. En Chine, le papier devient central dans mon processus créatif. 

Le paysage est multiple et en mouvement. Il est une interaction du climat, de la géographie, de dynamiques végétales et animales, des relations de l'Homme à son habitat, mon travail exprime cette précarité. La portée des ombres, la relation de l'extérieur et à l'intérieur, l'artificialisation d'un territoire en sont des indices.