Ksénia Vysotskaya

Elle pense en 6x7 et voit le monde en Kodak Portra. 

À l’heure où les images se superposent et enfilent les filtres comme autant de fards, Ksénia Vysotskaya dénote, traque à l’argentique, laisse le grain s’écouler dans le sablier. 

 

Elle voit, devine, signe chaque image pour la faire parler. Entre en relation, s’immerge, et disparaît. Refuse de s’acoquiner avec les faux-semblants, comme de détourner objets et sujets. Elle se dérobe à l’éclairage qui dévisage, esquive les sourires pressés, les images brossées à l’Émail Diamant. 

 

Elle braque l’objectif, dégote le sensible en nuance ; insuffle, inspire et surprend.

Et si elle dépose l’appareil, l’esprit créatif, exigeant, continue de vagabonder : les coupes d’une série Netflix, l’essence d’un portrait, le cadre d’un quartier.

Le corps comme caméra embarquée. Au premier plan, l’esthétisme d’Ulrich Seidl, le raffinement de Wes Anderson — gourmandise culturelle. 

 

Ksénia oscille, mais ne s’éparpille pas. Elle sait que sa naissance à Moscou a laissé dans ses compositions les pigments du modernisme Russe, auxquels se sont ajoutées la finesse et l’élégance d’un ancrage français. Elle aime quand l’explicite est délogé, quand le touchant se laisse toucher.

 

 

Un projet photographique pour votre entreprise? 

Ci-dessous, vous trouverez le portfolio de Ksénia. 

Pour plus d'information, contactez-moi par mail:

 

marine.coppens@yahoo.fr